L'actualité de la sûreté

Vous trouverez ci-dessous un fil de l’actualité de la sûreté

Source EULER HERMES France

Etude fraude 2020

12/05/20
Face à la situation économique et sanitaire inédite que nous vivons, les entreprises ont une priorité clairement définie : préserver la continuité de leur entreprise. Si leur attention est pleinement focalisée sur cet enjeu essentiel, d’autres risques peuvent affecter fortement leur structure à court terme. Parmi ces risques, une menace tend à se renforcer ces dernières semaines : le risque de fraude et de cybercriminalité. En effet, la période actuelle ouvre aux fraudeurs de nouvelles brèches pour parvenir à leurs fins.

Dans ce contexte, pour la 6ème année consécutive, Euler Hermes, le leader européen de l’assurance fraude, et l’Association nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion (DFCG), ont interrogé plus de 200 entreprises implantées en France sur leur exposition, leur ressenti et leurs mesures de prévention face aux risques de fraude et cybercriminalité. Décryptage des résultats de ce baromètre annuel.

  • Le risque de fraude et de cybercriminalité ne faiblit pas : en 2019, plus de 7 entreprises sur 10 ont subi au moins une tentative de fraude (comme en 2018)
  • Les fraudeurs multiplient les attaques sur une même cible pour augmenter leurs chances de réussite : près d’une entreprise sur 3 a subi plus de 5 tentatives de fraude en 2019 (1/4 en 2018)
  • L’usurpation d’identité reste la technique privilégiée par les fraudeurs, suivie par la cyber-fraude et la fraude interne

Le risque de fraude et de cybercriminalité reste toujours aussi intense

En 2019, plus de 7 entreprises sur 10 ont été victimes d’au moins une tentative de fraude. Un chiffre similaire à celui constaté en 2018 et en 2017, preuve de la résilience des fraudeurs: ces derniers maintiennent une pression intense sur les entreprises françaises. Plus inquiétant encore, la récurrence de ces attaques sur une même cible. En effet, en 2019, 29% des répondants à l’enquête Euler Hermes-DFCG ont été visés par plus de 5 tentatives (24% en 2018). Les fraudeurs n’hésitent pas à revenir à la charge constamment, jusqu’à ce que le système de défense de leur cible cède. Malheureusement, cette persévérance porte ses fruits : 27% des entreprises interrogées ont subi au moins une fraude avérée en 2019, soit une légère progression (26% en 2018). Comment expliquer cette efficacité croissante ? Le moment de l’attaque est un premier élément : 43% des entreprises ont remarqué une recrudescence des attaques en période de congés, week-end ou veille de week-end (35% en 2018). Les fraudeurs concentrent leurs efforts sur les périodes où les entreprises sont les moins armées pour se protéger (moins de personnel, moins d’attention, etc).

Mais subir une fraude, combien cela coûte-t-il concrètement ? La facture se révèle généralement assez salée : pour près d’une entreprise sur 3, le préjudice subi est supérieur à 10K€ (comme en 2018). De quoi fragiliser fortement la trésorerie des entreprises et dans certains cas compromettre leur activité, plus encore dans le contexte actuel où les chaînes d’approvisionnement sont perturbées et la demande à l’arrêt.

Comparatif des 5 dernières années